Prodijplein128 

ban prodij_copie_copie 

La Ville de Lyon soutient les projets des jeunes

mardi 23 janvier 2018
justin follenfant

justin follenfant

lundi, 03 novembre 2014 11:05

l'enfant acteur de sa réussite

Présentation du contexte

Début 2000, le Ministère de l'Education nationale met en place une commission pour analyser les causes de

l'échec scolaire. La conclusion du rapport pointe un manque de suivi individualisé pour les élèves considérés

comme "les plus en difficultés". À la suite de ce diagnostic, une loi est votée en 2005 sous l'impulsion du

ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo. Cette loi prévoit la mise en place d'un dispositif de soutient

scolaire individuel : le PRE, Parcours de Réussite Educative...

Le dispositif du PRE prend différentes formes selon la configuration du territoire où il est instauré. Dans le

quartier des Pentes de la Croix-Rousse, la ville de Lyon a voulu un PRE qui crée un partenariat entre différents

équipements du quartier : écoles, collèges, centres sociaux, travailleurs sociaux, associations, familles...

L'association Lalouma met en place des séances de soutiens scolaires (un jeune en PRE participe au minimum à

1h30 de soutien scolaire hebdomadaire avec le bénévole de l'association). Lalouma peut aussi organiser des

discussions entre le bénévole, la famille et l'enfant, des sorties culturelles (avec ou sans l'accompagnement du

bénévole), des bilans en interne à l'association et avec l'école...

Afin de mener un accompagnement global autour de la scolarité de l'enfant, l'association réunit donc un

bénévole, la famille du jeune qui bénéficie du soutien, son école, son instituteur(-trice) et potentiellement

d'autres acteurs du domaine socioculturel.

De cette manière, l'enfant bénéficiaire du dispositif PRE se voit impliqué dans des temps périscolaires plus ou

moins nombreux et diverses.

Ce dispositif n'existerait pas sans l'enfant, l'enfant est donc la clef de voûte d'un programme mis en place par des

adultes.

Mais comment l'enfant aborde-t-il ces temps, de nature scolaire, intégrés à son quotidien ? Cette vie scolaire

hors école constitue-t-elle un révélateur du rapport de l'enfant aux contenus et aux modalités des apprentissages

?

Objectifs du film documentaire :

- Saisir les interactions qui dessinent les temps péri-scolaires (séances de soutien, contacts avec Lalouma, visites

à la librairie, à la bibliothèque et au centre-social) pour comprendre la manière dont l'enfant aborde le champ

scolaire dans son quotidien.

- Rendre compte du processus d'interaction qui se joue entre l'enfant et la personne chargée de l'apprentissage

(jeunes bénévoles/étudiants). La plupart du temps les séances de soutien se déroulent au domicile des personnes

concernées et s'instituent dans un décorum spécifique et personnalisé qui n'est plus celui de l'école mais celui du

foyer et de la cellule familiale.

Angle d'approche, dispositif filmique

- Privilégier le point de vue de l'enfant et montrer comment il peut devenir acteur de sa scolarité dans un

contexte non institutionnel.

Comment l'enfant aborde-t-il la notion de réussite ? Peut-il se l'approprier de manière autonome ?

- Evacuer l' "adulte" en tant que figure référentielle pour recentrer notre regard sur le quotidien de l'enfant et sur

la manière dont il le perçoit et l'interprète.

L'adulte peut intervenir partiellement, par à-coups, pour dénoter d'une rupture ou d'une tension sémantique entre

ce qu'exprime l'enfant et le point de vue normatif qui lui est imposé par l'adulte. Ce contraste peut constituer le

fil rouge du documentaire.

- Se focaliser sur la question du "hors-champ" pour mieux cerner l'expérience sensible de l'enfant dans ses temps

d'apprentissage comme dans son quotidien.

Retrouvez-nous sur facebook

facebook-icone-5764-32

PRODIJ LYON


Rechercher sur le site