Prodijplein128 

ban prodij_copie_copie 

La Ville de Lyon soutient les projets des jeunes

samedi 20 octobre 2018
Projets prodij / Prodij / Développement durable / Conte pour Médina Gounass

Conte pour Médina Gounass

Écrit par 

Alors que je séjournais à Dakar pour un stage au sein d'une ONG de développement local, un teinturier héritier de la tradition bambara m'a confié quelques informations concernant une technique particulière : celle du Bogolan (technique bambara de teinture à partir de colorants naturels). Parmi ces informations, il m'a confié ce conte, le conte des origines du Bogolan.

Issu d'une tradition orale, cette histoire semble méconnue, et cette technique a été reprise par de nombreux teinturiers chimiques qui reproduisent les motifs de cet art, en abadonnant les complications qu'amène la confection d'une teinture à base de matières naturelles. Le savoir-faire se transmet malgré-tout. Mais aujourd'hui, cette pratique traditionnelle semble alors croiser les nouvelles exigences du développement : un développement local, respecteux de la santé des producteurs et de l'environnement, le développement durable. Une opportunité à ne pas manquer pour cette communauté qui vit dans un département dont l'activité principale : la teinture chimique, est très néfaste pour la population et l'environnement, et un marché saturé. 

    DSCN0251 - 2                                     Wolo 3 - 2

Alors que ce teinturier peine à développer son savoir-faire pour en finir des trop graves répercussions de la teinture chimique, je m'atèle, à travers mon ONG, à monter le puzzle des options possibles pour réaliser un éventuel programme de développement de cette production. A côté de cette mission, je travaille aussi au sein d'un centre d'accueil et l'hébergement pour les enfants des rues et les enfants de la communauté qui n'ont pas accès à l'école faute de moyens. Ces enfants, nés dans une communauté marginalisée, dans la banlieue de cette grande capitale ouest-africaine, une communauté des plus pauvres du Sénégal, touchée de nombreux maux, ne parlent pas ou si peu les langues nationales : le wolof et le français. Dans ce centre, qui tente de leur assurer des 'apprentissages minimums' et de trouver les moyens de les insérer à la société, aucun livre n'est disponible dans la langue qu'ils parlent. Leur contact à l'écriture est très réduit. L'apprentissage d'autres langues, leur permettant une intégration au monde de cette capitale, est difficile.

La rédaction de ce conte illustré, et sa traduction en français, wolof, et peulh, permettraient d'allier un outil pédagogique à un support de promotion de cette technique de production textile. 

Ce projet rend compte d'une volonté de manifester à ces deux structures, qui m'ont accueilli comme ma propre famille, de ma considération et de mon support. De ma reconnaissance. Il poursuit aussi un volonté de promouvoir la vision de la culture comme évolutive, vouée à changer, à se réincarner, sans pour autant perdre sa substance. Une culture traditionnelle qui s'adapte à la société actuelle et qui y trouve son compte. Qui n'a pas besoin d'être mise sous cloche au musée pour être sauvegardée des méfaits de la mondialisation. Ce projet rentre ausi dans une volonté toute simple de faire plaisir aux enfants, quoi de tel qu'un beau livre illustré pour voyager dans l'imaginaire ! Quoi de pire de voir les images sans pouvoir comprendre et apprendre l'histoire ! Quoi de mieux que le plaisir de ces voyages pour apprendre? Et pour s'exprimer.

 

Marine Le Coz

Informations supplémentaires

  • Arrondissement: 1er
  • Date de commission: mercredi, 25 avril 2012
  • Statut du projet: En préparation
Lu 1535 fois

Retrouvez-nous sur facebook

facebook-icone-5764-32

PRODIJ LYON


Rechercher sur le site